La recherche progresse à petits pas

De nombreux progrès ont été accompli ces dernières années en matière de recherche sur les troubles de la mémoire, la maladie d’Alzheimer ou autre forme apparentée. On comprend mieux les fondements génétiques de la maladie et les processus à l’œuvre dans le cerveau. Mais on ne connaît toujours pas bien les mécanismes qui conduisent à la maladie et à l’endommagement des cellules.

Quelques résultats encourageants

La Suisse dispose de spécialistes très compétents dans la recherche sur les maladies neurodégénératives et la présence de l’industrie pharmaceutique permet de tester rapidement de nouvelles idées sur le plan clinique. Les traitements médicamenteux disponibles ont ainsi fortement évolué et donnent des résultats encourageants. Toutefois, aucun des médicaments développés jusqu’à présent n’est à même de guérir ni de freiner singulièrement le développement de la maladie.

De même, il n’existe pour l’heure aucune prévention spécifique efficace, si ce ne sont les recommandations générales valables également pour prévenir le risque cardio-vasculaire.

L’état actuel de la recherche autorise donc un certain optimisme quant à de futures possibilités de traitement. Mais il faudra encore des années avant que des avancées significatives n’aient lieu.

Vaud, un canton pionnier

Depuis 2010, l’Etat de Vaud poursuit une politique publique en matière de démence avec son programme « Maladie d'Alzheimer et autres maladies apparentées », faisant office de précurseur en la matière. La recherche constitue l’un des quatre axes prioritaires de ce programme. Celui s’articule autour du centre Leenaards de la mémoire, basé au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et qui sert de centre de référence pour le canton.