Pas de guérison mais des traitements efficaces

A l’heure actuelle, il n’existe encore aucun traitement pour prévenir, stopper ou guérir la maladie d’Alzheimer ou les démences vasculaires, pour ne citer que les formes les plus répandues. Néanmoins, une fois le diagnostic posé, il est possible de mettre en place des traitements ciblés qui permettent à la personne atteinte de garder plus longtemps son autonomie, améliorant de ce fait sa qualité de vie et celle de ses proches. C’est un point essentiel, sachant que les maladies liées à une démence durent en moyenne dix ans.

La plupart de ces traitements sont d’autant plus efficaces s’ils sont mis en place rapidement – d’où l’importance d’un dépistage précoce !

On distingue entre traitements médicamenteux et non médicamenteux. L’idéal est de combiner les deux approches.

Traitements médicamenteux

Le traitement de la maladie

Au stade initial de la démence, certains médicaments peuvent faciliter la transmission des informations entre les neurones, stabiliser les facultés mentales et ralentir la progression de la maladie. La personne malade reste ainsi autonome plus longtemps.

Le traitement des symptômes concomitants

Les troubles de la mémoire, la maladie d’Alzheimer ou autre forme apparentée s’accompagnent parfois d’autres troubles : sautes d’humeur, angoisses, agitation, dépression, idées délirantes, troubles du sommeil ou agressivité. Un traitement médicamenteux permet d’atténuer, voire de supprimer ces symptômes.

Efficacité et limites

L’efficacité des médicaments est meilleure lorsque ceux-ci sont pris en tout début de maladie. Cependant, certaines formes de démences ne répondent pas à ces médicaments, développés spécialement pour traiter la maladie d’Alzheimer. La recherche en matière de nouveaux traitements continue donc.

Traitements non médicamenteux

De nombreuses thérapies non médicamenteuses contribuent à :
-maintenir les activités de la vie quotidienne,
-stimuler et favoriser le contact,
-consolider l’estime de soi,
-structurer le quotidien,
-atténuer les symptômes concomitants tels que troubles de l’humeur ou du comportement.

Ces thérapies offrent un complément nécessaire aux traitements médicamenteux, mais elles doivent être adaptées aux besoins et aux capacités de la personne concernée.

En voici quelques exemples :

Interventions cognitives

But
Stimuler les facultés cognitives et les facultés liées à la vie quotidienne pour prolonger l’autonomie.

Types d’intervention
Rééducation de la mémoire, exercices d’orientation en situation réelle, ergothérapie.

Personnes concernées
Personnes atteintes d’une démence légère, encore relativement indépendantes et ne nécessitant qu’une aide ponctuelle.

Interventions axées sur le corps

But
Apaiser le stress tout en préservant la mobilité.


Types d’intervention
Thérapies favorisant l’activité physique, telles que rythmique, danse, physiothérapie, massages, etc.

Personnes concernées
Personnes atteintes à tous les stades de la maladie.

Interventions psychothérapeutiques

But
Offrir un soutien bénéfique lors de périodes difficiles de la maladie, donner les outils nécessaires pour mieux s’adapter à la nouvelle situation.

Types d’intervention
Entretiens individuels ou en couple auprès d’un ou d’une spécialiste, ou thérapies de famille.

Personnes concernées
Personnes atteintes de démence au stade initial et/ou proches.

Interventions musicales et créatives

But
Produire un effet équilibrant et relaxant grâce aux processus créatifs, tout en favorisant accessoirement la mobilité.

Types d’intervention
Musicothérapie, art-thérapie, cuisine à des fins thérapeutiques, danse, théâtre, travail biographique, thérapie par la réminiscence, etc.

Personnes concernées
Personnes atteintes à tous les stades de la maladie.

Autres activités bénéfiques

En dehors des traitements médicamenteux et non médicamenteux, il est important de maintenir des activités qui favorisent la convivialité, donc qui permettent aux personnes atteintes de continuer à prendre part à la vie sociale. La famille, les amis ou les voisins peuvent y contribuer.


Activités récréatives, sportives et sociales

Faire de l’exercice pour le plaisir est important car les émotions sont essentielles pour les personnes atteintes de démence. Partager des moments avec d’autres, chanter, faire de la gymnastique ou des promenades sont autant d’activités favorables au maintien du lien social.

Jouer

De nombreuses personnes concernées par la maladie ont du plaisir à jouer aux jeux de société qu’elles connaissent, quitte à en simplifier les règles au besoin. Le jeu est un très bon stimulant, qui favorise notamment la communication avec la personne malade.


Promenades accompagnées

Les promenades accompagnées régulières sont précieuses pour les personnes malades qui ont besoin de bouger. Elles peuvent avoir lieu avec des amis, des voisins ou d’autres membres de la famille pour permettre ainsi aux proches aidants de bénéficier d’un petit moment de répit. Ce type de prestations est proposé par Alzheimer Vaud dans le cadre du service Alzami pro.

Ne pas oublier les « simples » maladies

Les personnes atteintes de troubles de la mémoire, de la maladie d’Alzheimer ou d'une autre forme apparentée peuvent comme tout le monde contracter d’autres maladies. Affections mineures ou situations plus graves, les personnes atteintes ne sont souvent pas à même d’identifier le problème et d’en parler. Les proches doivent donc rester très attentifs à toute modification de comportement (par ex. agitation ou perte d’appétit). Il ne s’agit pas forcément d’une brusque évolution de la démence, mais parfois d’une autre maladie. Il vaut donc mieux obtenir un diagnostic sans tarder afin de mettre en place un traitement approprié si nécessaire.

Dans tous les cas, il est important qu’une fois une démence diagnostiquée, le patient bénéficie d’un suivi médical régulier. Le médecin peut ainsi suivre l’évolution du patient et adapter les traitements. Les coûts de ces consultations sont pris en charge par l’assurance maladie de base. 

Pour en savoir plus sur les traitements existants :

brochure Alzheimer et autres formes de démence. Diagnostic, traitement, prise en charge éditée par Alzheimer Suisse